Paroisse Saint Vincent sur Lay
- Mareuil sur Lay -

5 avril 2021

Homélies de la semaine Sainte de la Paroisse de Mareuil

Homélie

Dimanche des Rameaux – 28 mars 2021

Année B – Ste Gemme 17h30 – Moutiers 11h

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Un bref mot en guise d’homélie pour nourrir notre prière au début de cette semaine sainte. Avec 3 mots un peu étranges : Kénose, Barabbas et « lema sabactani ».

1/ Kénose

En lien avec la seconde lecture. La kénose c’est cet abaissement, cet anéantissement de Dieu qui se fait homme, qui se fait serviteur, qui se fait esclave, qui vient mourir sur la croix pour que l’homme soit vivant, pour que je sois vivant ! Dieu meurt pour que l’homme vive ! Abaissement suprême et infini de notre Créateur pour mieux nous relever et nous sauver… Accueillons avec foi et une confiance renouvelée cet abaissement, cette kénose de Dieu pour mourir à notre péché et revivre à la vie nouvelle avec Jésus !

2/ Barabbas

Ce meurtrier relâché à la place de Jésus ! « Barabbas » en hébreu cela veut dire : « bar » : fils et « abba » : père = le fils du Père…que nous sommes tous ! Lui, Jésus l’innocent, l’agneau docile, l’homme bon, le Fils de Dieu est condamné et crucifié en lieu et place d’un bandit et d’un brigand qui par là à la vie sauve… N’est-ce pas aussi notre cas à chacun de nous ? Jésus meurt sur la croix à notre place. Il donne sa vie pour nous qui sommes pécheurs et qui ne le méritons pas. Mais voilà, Dieu en Jésus nous aime infiniment et Il veut que nous soyons vivants, vraiment vivants en nous laissant aimer totalement par lui. Nos péchés, nos fautes, nos faiblesses et notre misère ne doivent pas être un obstacle mais au contraire cela doit être l’occasion de laisser la puissance de Dieu se déployer dans notre pauvreté ! Nous sommes pécheurs ! Laissons-nous sauver par l’amour de Dieu en Jésus !

3/ « Lema sabactani »

« Pourquoi m’as-tu abandonné ? » crie Jésus du haut de la croix ! Ce cri de désespoir demeure toujours en partie un mystère sauf si nous voyons là le Seigneur Jésus reprendre une phrase d’un psaume pour mieux porter en son cœur et en son corps le cri de toute l’humanité souffrante, le cri de désespoir de tout homme frappé par le mystère du mal et de l’injustice, par la douleur et la mort… Le Fils est totalement uni à son Père et ils sont en communion profonde d’amour l’un et l’autre. Et c’est dans cet amour de Dieu pour toute l’humanité que ce cri est lancé… Par ce cri, Dieu, en Jésus, rejoint la détresse profonde des hommes en mourant lui-même sur la croix… Ce réalisme et cette vérité de la souffrance et donc de l’amour de Dieu sont le gage de la victoire de la résurrection à venir… C’est par la croix et la mort que passe le chemin de la vraie vie et de la vie éternelle où règnent la vraie paix et la joie profonde…

Avec la Vierge Marie, fidèle au pied de la croix devant la mort de son fils, tenons fermes, comme elle, dans la foi et l’espérance en la résurrection promise par ce Dieu qui nous aime tellement qu’il a souffert et est mort pour chacun de nous. Avec Marie, accueillons cet immense amour de Dieu qui se donne sur la croix.

JVSM.

Amen. 

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +


Homélie

Jeudi Saint 2021

17h – Les Moutiers

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Nous voici donc à la messe du Jeudi saint au soir, en mémoire de la Cène du Seigneur. Normalement, la messe chrismale a lieu le jeudi saint au matin, mais pour des raisons pratiques, elle est anticipée dans la semaine et chez nous en Vendée, c’était lundi dernier à 15h à la Roche sur Yon.

Vous voyez : il y a une grande densité de la liturgie, de la prière de l’Eglise, des célébrations et prières communes en ces jours saints… En paroisse, nous faisons ce que nous pouvons au mieux, surtout en ces temps de virus, mais si un jour vous pouvez vivre ces jours en abbaye, vous verrez c’est incroyablement beau ! Je vous y encourage !

Cette année la liturgie est simplifiée et donc pas de lavement des pieds ni de communion sous les 2 espèces du pain et du vin. C’est dommage mais le plus important c’est que nous puissions nous retrouver pour célébrer ensemble… Et c’est Dieu qui toujours nous rassemble ! C’est Lui qui nous a aimés le premier !

C’est donc en ce jour et en cette messe la fête de l’Institution de l’Eucharistie et du Sacerdoce. Regardons ça de plus près… D’abord « faire mémoire », ensuite « la présence réelle » et enfin « l’hostie ».

1/ D’abord « faire mémoire »

Terme un peu piège car son sens profond a changé. « Faire mémoire » en liturgie catholique, « célébrer le mémorial » ce n’est pas simplement se souvenir du dernier repas de Jésus, de la dernière Cène. C’est beaucoup plus que cela !

Selon la tradition chrétienne la plus ancienne, dès les premiers chrétiens et même quand Jésus en parle lui-même en disant : « vous ferez cela en mémoire de moi », il y a un sens sacramentel, c’est-à-dire que « faire mémoire » c’est rendre présent maintenant une réalité passée qui continue de s’accomplir jusqu’au retour du Christ ! On le résume tout spécialement dans l’Anamnèse : « nous rappelons ta mort Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection ; nous attendons ta venue dans la gloire ». Faire mémoire, c’est tout cela ! C’est une forme de tension, de dynamisme qui s’inscrit dans l’histoire où Dieu se rend présent !

C’est la puissance et la force d’amour du sacrement, de la réalité sacramentelle où Dieu est là et se donne totalement pour nous sauver !! Les sacrements institués par le Christ lui-même et notamment l’eucharistie sont l’actualisation du mystère pascal dans son ensemble : dernier repas, passion, mort, résurrection, ascension et pentecôte ! Tout ça dans chaque sacrement ! Et le sacrement c’est ce qui continue la vie de Jésus ! Dieu s’est incarné et continue son œuvre de salut dans la vie et le cœur de l’Eglise et de chaque chrétien par et dans les sacrements, et tout spécialement le sacrement de l’eucharistie qui est « le sacrement de piété, le signe de l’unité et le lien de la charité », comme dit St Augustin !

2/ Ensuite, « la présence réelle »

Dans la foi catholique, depuis les premiers chrétiens, nous croyons que Jésus est réellement présent dans le sacrement de l’eucharistie, en écho à ce qu’il dit en St Jean : « celui qui mange ma chair et voit mon sang demeure en moi et moi en lui » ! En lien avec les miracles de la multiplication des pains, comme accomplissement de la promesse de Dieu présent dans le repas des hébreux avant de partir d’Egypte (1ère lecture) et dans le pain de la manne donnée par Dieu au peuple dans le désert !

Dieu nourrit son peuple jusqu’à le nourrir par sa propre chair donnée comme pain du Ciel ! 

Vous avez cette image traditionnelle du Pélican qui prend dans sa chair et son cœur pour nourrir ses oisillons dans le nid ! Image de l’eucharistie où Dieu prend sa chair pour nous nourrir !

Et il nous nourrit réellement ! Véritablement !

Mais ce n’est pas tout ! Il ne faudrait pas en rester là sinon on risquerait de chosifier l’eucharistie !

La présence réelle de Jésus dans l’eucharistie est aussi en son corps que nous formons nous les baptisés présents célébrant, priant et accueillant ensemble la présence de Dieu au milieu de nous et en chacun de nous ! Et cette réalité du Corps du Christ qu’est l’Eglise que nous formons ne cesse pas de s’accomplir toujours un peu plus à chaque messe, à chaque sacrifice offert, à chaque offrande donnée, à chaque eucharistie vécue. 

Dans la messe, il y a toute la vie qui avance vers le retour du Christ ! Et chaque vie doit se tourner vers la messe où Jésus se donne…

Comme j’aime à répéter : la messe commence vraiment quand elle finit ! C’est-à-dire quand nous sommes envoyés partager l’amour de Dieu, sa joie et sa vie à tous nos frères et sœurs ! C’est le sens du lavement des pieds au moment de la dernière Cène : c’est le sacrement de l’amour que nous sommes invités à vivre en acte et en vérité ! La messe et la vie quotidienne sont liées et s’interpénètrent mutuellement ! Surtout n’opposons jamais les deux ! La Présence vraiment réelle de Dieu est à ce prix : tenir les 2 ensemble : la prière et l’action.

3/ Enfin, « l’hostie »

Hostie vient de Hostia qui veut dire « victime ». Lié à holocauste donc à sacrifice, à offrande.

Ainsi, l’hostie parfaite, la victime innocente, c’est le Christ qui offre sa vie librement et totalement par amour pour nous ! Et pécheurs que nous sommes, Dieu nous invite à nous unir à l’offrande de son Fils en nous offrant nous-mêmes par amour !

Si Jésus nous invite à faire comme lui, à nous laver les pieds les uns les autres, à nous aimer les uns les autres COMME il nous a aimés, c’est bien pour offrir notre vie comme lui et avec lui par amour pour nos frères !

Nous, quand nous mangeons, nous assimilons la nourriture que nous avalons qui devient ce que nous sommes.

Alors qu’à l’inverse, dans l’eucharistie, nous mangeons Dieu et nous devenons toujours un peu plus d’autres christs, nous sommes assimilés toujours un peu plus à ce que nous mangeons, à la vie même de Jésus Christ, Notre Sauveur et Notre Dieu ! Avec le Christ, nous sommes invités à devenir toujours un peu plus d’autres hosties, d’autres offrandes pour Dieu et pour nos frères ! Echange admirable et remarquable entre Dieu et nous ! A nous de laisser toujours plus Dieu nous diviniser, nous transfigurer, nous christifier !

Aujourd’hui 414 000 prêtres catholiques à travers le monde vont célébrer la messe ! Ce n’est pas un privilège mais c’est un don pour une responsabilité et un devoir : donner Jésus à leurs frères et sœurs ! Toujours plus donner la vie de Jésus pour que l’amour de Dieu grandisse dans les cœurs et dans le monde !

Et pour tous les baptisés, cette offrande de soi-même, elle commence chaque matin très concrètement dans le sacrifice d’action de grâce, dans l’offrande du merci offert à Dieu de chaque jour ! Toute notre vie doit devenir une grande offrande d’action de grâce à Dieu !

Demandons à la Vierge Marie qui, comme personne, s’est unie à son Fils en offrant sa vie avec lui, de nous aider à offrir notre vie, notamment en grandissant dans la foi en la présence réelle de Jésus dans l’eucharistie, en le voyant avec les yeux de la foi !

JVSM. Amen.

      Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +


Homélie

Vendredi Saint 2021

17h – Les Moutiers

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Quelques mots après avoir entendu la Passion selon St Jean, et Isaïe et la lettre aux Hébreux qui nous donnent d’entrer plus profondément dans le mystère d’amour de notre Dieu.

Nous avons tous peur de souffrir et de mourir, et cette peur peut nous rendre esclave. La lettre aux Hébreux dit aussi ceci au chapitre 2, 14-15 :

« Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. »

Face au virus mortel que sont le péché, la peur et le mal, le seul vaccin vraiment efficace que nous ayons c’est le sang du Christ. Le sang de Jésus Christ, vrai homme et vrai Dieu, qui seul peut nous sauver de la mort, de la souffrance, de la peur, du mal et du péché !

Pour cela, il faut lui faire confiance : avoir foi en Dieu ! Avoir foi dans la puissance de la croix ! Avoir foi dans le mystère pascal, dans la mort et la résurrection de Jésus : c’est là et seulement là que nous sommes sauvés !

Il nous faut laisser le sang de Jésus couler dans nos veines nous qui sommes membres de son Corps qu’est l’Eglise et ainsi ce sang de l’amour et du don de Dieu inondera tout notre être, communion après communion, geste d’amour offert après geste d’amour offert, service et don de soi après service et don de soi, sans cesse, toujours un peu plus, toujours davantage…Se donner… Ce sang du Christ en nous qui nous sauve nous pourrons alors le donner et le partager…

C’est pourquoi il est bon et il faut qu’un chrétien fasse le don du sang !! Déjà au sens propre : donner son sang pour des malades ou des accidentés quand nous le pouvons !

Mais également donner son sang en donnant sa vie par amour comme le Christ sur la croix !

Chers amis, prenons le temps chaque jour de regarder la croix, de fixer notre regard sur la croix. C’est là que nous sommes aimés. C’est là que nous sommes pardonnés. C’est là que nous sommes sauvés.

Le matin en se levant, le soir en se couchant, simplement un regard sur la croix et pourquoi pas l’embrasser et remercier le Seigneur pour cette croix qui nous sauve.

Demandons à la Vierge Marie, notre Mère, fidèle au pied de la croix, de demeurer avec elle dans la foi et l’espérance en la résurrection de son Fils, notamment quand nous sommes tentés par le découragement et le désespoir, quand nous avons des croix lourdes à porter. Alors, avec Marie, nous préparerons nos cœurs à la joie de la résurrection : joie véritable plus contagieuse que tous les virus ! Laissons cette joie de Dieu, par Marie, entrer dans notre vie et dans notre cœur.

JVSM. Amen.

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +


Homélie

« Veillée » Pascale 2021

6h30 – Les Moutiers

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !!! Nos frères ukrainiens ou russes se saluent chaque jour pour se dire bonjour en disant ces mots remplis de la joie de la résurrection ! Pas banal comme habitude, non ?!

Chers amis, tout est grâce ! Toujours !

Pas de vigile pascale hier soir donc une journée entière sans messe ni célébration : le grand silence du samedi saint vécu de manière renouvelée… Dans cette attente confiante…

Et puis cette vigile pascale ce matin où le Christ ressuscité au cœur de la nuit nous réveille, nous appelle, nous rassemble pour venir prier, célébrer, chanter la joie de la résurrection !

Deo gratias ! Merci Seigneur !

C’est la première veillée pascale que je préside comme prêtre et je dois dire que cela ne me déplaît pas… Tout est grâce !

Les premiers chrétiens, dans les premiers siècles, et encore dans certains pays et certaines abbayes, vivaient la vigile pascale, de manière habituelle ainsi : au milieu de la nuit, vers 2 ou 3h ils célébraient ce moment où Jésus, au cœur de la nuit et des ténèbres, ressuscitait, puis il y avait les baptêmes par immersion, en entrant dans l’eau du côté Ouest pour ressortir baptisé du côté Est, du côté du soleil levant, du Christ ressuscité ! De même, l’eucharistie était célébrée au moment où le soleil se levait, au petit matin, pour qu’à l’élévation du Corps du Christ corresponde le levé du jour nouveau de Pâques et de la résurrection du Seigneur !

C’est pourquoi, comme ici, dans cette église, le maître-autel a la forme d’un tombeau ancien : ainsi quand le Corps et le Sang du Christ sont consacrés et élevés, ce soit comme le mouvement de la vie qui surgit du tombeau, mouvement du Christ vivant qui ressuscite et qui fait briller sa lumière !

C’est toute la dimension cosmique et très incarnée de la liturgie car notre prière, la prière chrétienne, est très incarnée dans la réalité naturelle du monde, dans ce qui fait notre vie ! La foi chrétienne englobe tout pour que tout soit renouvelé dans la grâce de la résurrection du Seigneur !

Chers amis, laissons la lumière du soleil de la résurrection illuminé nos vies et nos cœurs ! Que le Christ éclaire notre visage de cette douceur du souffle de l’Esprit Saint ! Laissons le Christ affermir notre foi en sa résurrection pour en vivre chaque jour, dans toutes les dimensions de notre vie !

Le Temps pascal commence aujourd’hui pour 50 jours ! Qu’allons nous faire de plus ou de mieux pendant ce temps-là ? Le carême on sait faire ! Des efforts, des sacrifices, etc. avec amour et joie c’est mieux… la croix, les épreuves, les douleurs, dans nos vies, on connaît quand même un peu… Mais ce temps pascal et goûter la joie de la résurrection, comment le vivons-nous ? Je vous invite vraiment, comme petite résolution pascale, à prendre le temps plusieurs fois par jour pour rendre grâce à Dieu ! Pour bénir Dieu ! Pour lui dire « merci » ! Sans cesse et en toute circonstance ! Être rempli de gratitude et de reconnaissance et remercier de manière gratuite notre Seigneur ! Cela permet de s’émerveiller et de voir la vie comme Dieu la voit : avec bonté ! Avec joie ! Avec amour et bienveillance !

Selon la Tradition de l’Eglise et notamment St Ignace de Loyola, Jésus ressuscité est apparu en tout premier à la Vierge Marie qui était en prière toute la nuit. Scène merveilleuse à contempler et à imaginer. Prenons le temps pour cela. Dans ce silence, avec Marie, ouvrons nos cœurs à la présence vivante du Christ ressuscité qui vient à nous. Laissons le Christ, par Marie, nous visiter et nous rencontrer pour goûter cette joie de la résurrection ! Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia ! Amen !

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +

Laisser un commentaire

L’église ne vit que de dons

L'église de tous a besoin du don de chacun. Soutenez l’Église catholique et sa mission.
JE PARTICIPE AU DENIER 2020-2021
heart